:: ReSSaC ::

Images à rebours, souvenirs en retour, retours en image, d’instants, d’expos, stop.

Les Transversales #2, 29/03, 1er et 02/04, Crest :

panorama-expo


Bédothèque de Luxe #2, 07/04, Les Arts du Forez, St-Etienne :
(Un énorme merci à l’équipe, leur accueil chaleureux et enthousiaste)


Rencontre à la librairie L’Etrange Rendez-Vous, 08/04, St-Etienne :
(Merci à Gérard, le meilleur libraire du monde !)

Publicités

NoUvEaU LiVrE :: L’InSuRGé « Et Le CoQ PeUt BiEn ChAnTeR »

L’INSURGÉ « Et le coq peut bien chanter »

Recueil d’exposition

Illustrations et textes réalisés entre décembre 2016 et février 2017, dans le cadre de la 2eme édition de la manifestation d’art contemporain « Les Transversales », organisée par l’association Officine et sur le thème de « l’Insurgé », les 31 mars, 1er et 2 avril 2017.

couverture

Livre 24 pages + couverture, 22×30cm. Entièrement sérigraphié
(pages intérieures 1 à 2 couleurs, couverture 1 couleur), 100 exemplaires numérotés.
Illustrations et textes : Aude Carbone.
Édition EpOx et BoTOx, mars 2017.
commander

Texte d’intention :

« Une culture qui ne serait pas une insurrection permanente de l’esprit,
ne serait qu’une industrie de plus »
Jean-Marie Domenach (L’Europe, le défi culturel – 1990)

***

Qu’est l’artiste qui s’insurge ?

Une farce. Ironique, absurde, décalée.
Une belle mascarade que cette insurrection. Et personne n’y échappe. À grand renfort de slogans et de grands mots, de grands maux, le carnaval bat son plein et la manifestation devient spectacle, amer défilé de revendications fades et dépossédées.
Mais les masques doivent tenir et le coq, rester fier !

Emmitouflés dans une couette de mauvaise fois, bordés d’ennui et de désœuvrement, les pantins se mutinent face à des épouvantails.Bonne conscience.
Et ces corps mutilés, à l’image de ces prises de position bancales, de ces parts de nous-même amputées, d’un libre arbitre vendu.
Hypocrite feu de paille.

Engourdi au creux de cocons douillets, futures tombes, où la suffisance de la consommation permanente, incessante et omnisciente annihile toute forme de rébellion, noyant le fond dans la forme, labellisant les idées, cotant les revendications en bourse, devenu vide de sens et insipide,
l’insurgé est -maintenant- un produit qu’il faut vendre.

Info ou intox ?
Regardez la télé, lisez donc le journal. Tout sera plus clair, prémâché et facile à digérer. Amalgame d’idées, d’images et de mots associés, collés ensemble, et qui s’indignent pour vendre du cliché : ce que nous attendons.
Moulins à vent pour d’autres révoltes frivoles.

Serais-je cet insurgé(e) ?…